Funny or Die, l’humour 2.0 à la conquête du Web

Funny or Die, l’humour 2.0 à la conquête du Web

Début 2007 Will Ferrell est déjà un acteur à la filmographie bien rempli. Formé à l’école du stand up et taulier du Saturday night live  grande messe hebdomadaire du divertissement outre-atlantique, il s’est imposé en quelques années comme l’un des comiques les plus doués de sa génération. Faut dire qu’avec son physique de grand dadet un peu gauche et son air benêt, Hollywood flaire le bon coup et ne tarde pas a exploiter son potentiel bankable. La mayonnaise prend, les tournages s’enchainent, sa carrière s’envole comme les entrées au box office. L’histoire pourrait s’arrêter là mais Will Ferrell est un type un peu a part dans l’industrie cinématographique. Un brin facétieux il met un point d’honneur à vivre en marge du système, même au plus fort de sa notoriété il  reste un grand gamin qui refuse de grandir, et là ou d’autres se seraient contentées d’engranger les cheques, lui voit plutôt  en Hollywood le tremplin idéal pour mieux financer ses projets personnels. Producteur, scénariste et acteur, toujours prêt a relever de nouveaux défis, c’est avec  son acolyte et  producteur associé Adam McKay  qu’il prend l’habitude de se réunir accompagné d’une équipe de collaborateur fidèles pour réfléchir à de nouveaux projets. Et ce jour là, quand on leur propose l’idée d’un site internet cela ne les emballent pas vraiment , l’explosion de la bulle internet du début 2000 encore en mémoire suffit à les refroidir, eux qui viennent de la vieille école, le web leur inspire plutôt la méfiance. Pourtant,  les semaines qui suivent, au fil des discussions avec d’autres associés plus enthousiastes, l’idée murit et ils se laissent finalement convaincre. Après tout les investissements financier sont minimes et Will Ferrell imagine surtout un moyen de réaliser des sketches impossibles à diffuser à la télé, en somme, le terrain de jeu idéal pour s’adonner à ses délires les plus fous. Funny or Die est née. 5 ans après le site est une affaire qui roule : 14 millions de visiteurs uniques par mois en moyenne, un trafic en hausse constante et des prises de participations de poids lourds des médias américains comme dernièrement TBS ou la chaine HBO. Le concept est  simple: Funny or Die est une plateforme qui héberge des vidéos au format court, mélangeant les productions maisons avec des stars invitées et d’autres produites par les internautes. Une fois que vous avez visionné vous votez par un clic si la video est drôle (« funny » ) ou si elle mérite de finir à la corbeille (« die »).

Même si les marques personnelles des des stars contribuent largement à la popularité du site, générer un tel trafic dans la durée, au delà du buzz pour en faire un vrai modèle d’entreprise durable permet de mettre en évidence certains points clefs facteurs de son succès 2.0.

Contenu

Si le site attire 16 millions de visiteurs uniques par mois c’est forcement par le biais d’ un contenu ultra-frais et constamment renouvelé. Techniquement la création de contenu de Funny or die est pensée pour faciliter au maximum sa réalisation . Le contenu maison est produit dans un souci de minimiser les couts, les vidéos sont courtes (parfois moins d’une minute), produites le plus souvent dans un style minimal et avec de faibles moyens. Les stars qui participent  le font gratuitement et obtiennent ainsi en retour un gain en termes d’image et de popularité auprès du public. Un système ou le site profite d’une notoriété a cout zéro. L’autre réservoir  de contenu  du site  est auto générer directement par les utilisateur eux même ce qui fait du site une plateforme de publication ou des milliers de vidéos sont envoyées tout les mois. Dick Glover directeur général de la société  parle de « guerilla comedy  » ou le  processus de production est compresse au maximum pour offrir en moyenne 25 a 30 nouvelles vidéos chaque mois, l’intérêt étant d’avoir un contenu frais tout les jours pour entretenir l’intérêt des internautes.

Engagement

C’est le moteur du site, sans engagement pas de trafic durable. Sur Funny or Die tout est pensé pour que l’interaction soit maximum Le site étant entièrement base sur le vote d’appréciation des internautes afin de décider quel video conserver ou pas. Ainsi, chaque internaute qui publie un contenu créé automatiquement un profil et accumule des badges suivant son niveau de participation au fil de ses visites, incitant a rejoindre la communauté d’utilisateurs. Mais ce qui fait que l’engagement du site est maximum  et qu’il fonctionne à double sens, car les cofondateurs du site Will Ferrell et Adam McKay visionnent eux-mêmes les vidéos des internautes pour voter et commenter leurs préférées. Une manière  intelligente de renforcer le  lien avec les internautes. Un second vecteur  d’engagement est l’organisation d’un Funny or Die comedy tour, une tournée pour promouvoir le site dans plusieurs villes américaines. Un renforcement de l’image offline toujours intéressant et non négligeable.

 Viralité

Pour n’importe quel contenu que ce soit ,la viralité est difficilement prévisible ou contrôlable mais dans Funny or die tout est mis à disposition pour favoriser un terreau susceptible de la faire émerger. En commençant par le contenu et le fait de mettre en action des stars souvent a contre-emploi, parfois tournées au ridicule, stimule l’intérêt de l’internaute et assure le buzz. C’est l’une des raisons qui a poussé Will Ferrell a lancé le site, loin de toute censure et sous couvert d’humour, c’est un espace où tout est permis  (cf.la fausse sex tape d’Eva Longoria ou les insanités proférées par un enfant dans la vidéo la plus vue du site « Landlord« ). Si la vidéo est voté funny , c’est la viralité assuré, sinon elle disparait aussitôt remplacé par une autre.
Très présent dans le Social media  le site partage des vidéos sur d’autres médias comme le Huffington post par exemple ou  Yahoo  news dernièrement avec la parodie sur le débat des primaires américaines. L’effet de levier des diffusions sur d’autres sites est tel que certaines vidéos sont pensées dès leur conception pour s’adapter aux sites partenaires.

Positionnement

Ce qui a vraiment convaincu Will Ferrell et Adam Mckay de la viabilité du projet est l’exclusivité d’un tel site. Avant Funny or die il n’y avait aucune alternative a Youtube. Ce dernier était le seul site qui héberge des vidéos de ce genre avec les limites que l’on connait : impossible de se retrouver dans la jungle Youtube où le bon et le mauvais se côtoient sans la possibilité de faire le tri.
Là où réside la force de Funny or die, c’ est d’avoir amené un outil de diffusion pour les professionnels aussi bien qu’un canal de divertissement pour les internautes. Que vous soyez scénariste, comédien ou amateur vous pouvez  diffuser votre oeuvre gratuitement sur le site, l’internaute se chargera de faire le tri. Funny or die est une niche au positionnement hybride entre l’outil de promotion, le canal de diffusion et la curation de contenu. L’intermédiaire virtuelle entre l’internaute et le comédien.

Aujourd’hui Funny or die est un poids lourd du Web, le site devrait générer 40 millions de dollars de revenus  cette année avec une valeur à la revente estimée à 300 millions de dollars. Pas si mal quand on sait que l’idée a failli rester au fond d’un tiroir…

 

Si vous avez aimé cet article merci de le partager :) Bonne semaine à tous !