Twitter et les célébrités, je t’aime… moi non plus.

Twitter et les célébrités, je t’aime… moi non plus.

Twitter et les stars, c’est disons le remake 2.0 d’une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas. Au départ l’on se rencontre par l’intermediaire d’amis, pour ensuite s’aimer passionnément jusqu’à ce qu’un beau jour, d’incomprehensions en malentedus  l’on en arrive à se détester. Au mieux, c’est la vaisselle à mamie qui en fait les frais (un mal pour un bien me direz vous), au pire, irréconciliable , la rupture est consommée. Sauf que,  si vous avez 11 millions de followers comme la rappeuse Nicki Minaj le divorce peut être lourd a digérer, comme  lorsqu’elle decida de supprimer son compte  il y a un peu plus d’une semaine, lassée par tant de tweets négatifs sur sa personne. Un acte qui  relèverait presque du suicide digital. lorsque l’on connait le poids de la plateforme de Jack Dorsey dans le Social Media. A l’heure où 500 millions d’utilisateurs sont répertoriés sur Twitter il n’est pas rare que les célébrités dépassent le million de followers.
Même si les clefs de son succès sont connus, l’on peut se demander comment la firme de San Francisco a noué un tel degré d’interdépendance avec les stars ? En décodant cette relation l’on découvrira aussi comment Twitter peut il être autant un simple objet pour flatter son ego qu’un redoutable outil de stratégie Social Media.

Twitter est arme de communication massive aux avantages multiples encore faut il savoir en exprimer tout le potentiel. D’abord, aucun autre réseau social ne permet d’atteindre un nombre de fans aussi important, les agences de pubs en ont compris les avantages et les juteux bénéfices à tirer du réseau, c’est ce que l’agence de pub Adly propose aux celebrités en offrant la possibilté de faire de leurs tweets une pub pour des marques partenaires. La démarche est simple, l’agence envoie à la célébrité un tweet déjà prêt qu’il na plus qu’a publier et le tour est joué. Ainsi, des millions d’acheteurs potentiels sont ciblés et la star touche évidemment une commission qui peut chiffrer jusqu’à 3 300 euros par tweet, avec même des exceptions comme la twitteuse en vogue  Kim Kardashian qui peut espérer jusqu’à 10 000 euros pour un tweet ! Une monétisation simple et facile a mettre oeuvre. Mais Twitter rapporte encore plus en terme d’autopromotion pour de multiples raisons. Avant tout parce que le canal est gratuit, un tweet c’est court et simple, en 140 caractères depuis son smartphone on tweet son dernier clip, sa dernière collaboration ou son prochain concert. Mais surtout parce que les stars sont les communicants directs en  livrant un contenu ultra frais en temps reel. Sachant que dans un contexte ou l’internaute demande toujours plus d’ engagement et  d’authenticité, quoi de plus simple qu’un tweet, c’est rapide, facile et  surtout personnalisé. L’interaction a aussi son importance, on tweet à une célébrité en vue de se faire retweeter, et lorsque c’est le cas l’engagement customer est maximum car l’impression de nouer une conversation même limitée à travers un retweet est largement suffisant pour créer une attente considérable de la part des autres followers espérant à leur tour se faire retweeté. Ecrire un tweet est tellement simple que 40 % du contenu des tweets sont classés comme futiles, 6% ont pour but l’autopromotion et seulement 3,6 % sont des news. Autrement dit une aubaine pour la plupart des stars qui trouvent un outil parfaitement adapté à l’autogestion. On tweet comme on respire, nuit et jour les 140 caractères défilent avec une frénésie obsessionnelle. L’audience s’accroche alors aux tweets des stars comme aux magazines people pour la simple raison qu’ils offrent une fenêtre privilégiée sur leur vie privée dont la vacuité du quotidien en est l’essence même. On tweet sur les bienfaits de son dernier cours de Yoga , l’incommodité des embouteillages le week end ou ses problèmes capillaires récurrents. Pourtant, aussi banal soit-il, suivre un compte Twitter c’est pénétrer dans l’intimité des stars, entrer dans un processus de transfert, en vivant par l’intermédiaire d’un court texte un peu de sa vie. Le tweet remplace la photo du paparazzi et joue la symbolique d’une projection mentale impossible à matérialiser et donc par définition alimentant sans fin le désir de s’approprier la vie rêvé des stars. Car si la presse donne une realité figée, le tweet lui s’appuie sur  le pouvoir imaginatif offline que chacun peut s’en faire, de plus en combinant l’image vous obtenez un outil de communication digitale optimum. D’ailleurs, il n’y a qu’a voir  le classement des comptes aux plus grand nombre de followers, la première société ,Youtube, n’apparaît qu’en 10ème position…

Du canal de content à celui de vente, de l’assise de notorité à l’outil de veille en passant par l’interaction et l’engagement, Twitter offre au star leur conversion idéal en marque 2.0. Un tableau idyllique ? Pas si vite, car  de l’amour à la haine il n’y qu’un pas…
Twitter n’a aucune règle, un espace libre affranchit de toute modération, dès lors pour le détenteur du compte s’engager dans l’autogestion c’est s’aventurer sur un terrain glissant. Un non professionnel aura bien du mal à assurer un controle de contenu efficace, soigner son E-reputation ou être prêt à la gestion de crise, autant  de concepts à manier avec précaution à défaut d’ouvrir la boite de Pandore et dans ce domaine là les cas d’ecoles ne tarissent pas…

01/03/2011 –  Charlie Sheen ouvre un compte twitter et en moins d’une journée il franchit la barre du milion de followers (Twitter record Guinness). La suite, un parcours dans le Social Media chaotique reflets des déboires de sa tumultueuse vie privée: des hashtags dont lui seul en comprend le sens profond et une bonne dose de trash-talking. Le point d’orgue sera atteint lorsque il twittera par erreur son numéro de téléphone personnel destiné a Justin Bieber. L’oncle Charlie pète les plombs et accumule les TT, ses tweets sont aujourd’hui suivis en direct par 11 milions de followers, comme quoi une image polémique est aussi facteur de crowd sourcing sur Twitter plus encore que sur les autres plateformes. Mais la palme du trash-talk revient sans hésitation a Rihanna dont les amateurs en apprécieront les extraits (Rihanna best twitter comebacks).
Avec une affluence à 23 millions de followers, la polémique peut s’immiscer a chaque tweet ambiguë, si Lady gaga tweet : « Je viens d’enchaîner deux cours de spinning. Je mange maintenant une salade en rêvant d’un cheeseburger #PopSingersDontEat (Les pop stars ne mangent pas) #IwasBornThisWay »  et c’est 23 millions d’abonnés qui réagissent dont une partie l’accuseront d’encourager l’anorexie. Depuis ce buzz elle ne s’est toujours pas exprimé sur le sujet…
On peut même en arriver au cas extrême avec le souhait de Frances Cobain fille de la chanteuse Courtney love et  du défunt Kurt cobain de bannir de Twitter le compte de sa mere pour ses tweets outranciers (twitter should ban my mother).

Vous l’aurez compris les exemples ne manquent pas et démontre que Twitter est  un outil aussi efficace que pernicieux. La simplicité d’utilisation conjugué à ses nombreuses possibiltés en font la plateforme reine des célébrités, de ce fait, choisir entre le community management et l’autogestion c’est comme faire le choix de la raison contre celui de la passion car au-delà de la marque il y a l’humain et aussi célèbre soit il rien ne pourra jamais l’empêcher de flatter son égo. Aux dernières nouvelles, Nicki Minaj aurait reactivé son compte et Charlie Sheen a finalement engagé un social media guru.